Santons de provence : histoire, origines et fabrication de ces figurines de Noël

Santons de provence : histoire, origines et fabrication de ces figurines de Noël
  L’histoire raconte que la première crèche, une crèche vivante, a été réalisée par François d’Assise en 1223, mais cette coutume s’est développée au XVIIIe siècle. En France, la tradition de conserver la crèche chez soi est née après la révolution française. En effet, la révolution avait entraîné la suppression de la messe de minuit et des crèches d’église. Les ancêtres des premiers santons de Provence s’appelaient les « santoun » ou « petits saints ».

Générique 11 Figurines de Crèche de Noël - Nativité - Santons de Noël réalistes

Le véritable essor des santons commença au XIX siècle avec l’apparition des premiers maîtres santonniers de Provence. C’est un marseillais, Jean-Louis Lagnel qui fut le premier fabricant connu de santons. C’est donc naturellement que Marseille est devenue capitale santonnière et a organisé des foires devenues annuelles. La première Foire aux santons de Marseille fut inaugurée en 1803. Il existe de nos jours une centaine d’ateliers de santons disséminés à travers la région provençale. Ce qui fait la particularité des santons de Provence, c’est qu’en plus des personnages traditionnels présents dans la crèche de noël , il y a toute une série de petits personnages, figurant les habitants d’un village provençal et leurs métiers traditionnels. Dans une crèche provençale traditionnelle on trouve bien sûr l’enfant Jésus (l’enfan Jèsu ou lou tant bèu pichot : l’enfant Jésus ou le si bel enfant), la Vierge Marie (la Santo Vierge), Saint Joseph (Sant Jousè) ou les trois rois mages richement vêtus : Melchior, Gaspard et Balthazar. Les bergers (li pastre) sont des personnages bibliques mais la représentation qui en est faite est imprégnée de tradition provençale.

Paben - Santons de 7 cm crèche nativité, 11 sujets en résine

Avec le boeuf (lou biou) et l’âne (l’ase), ils sont des personnages incontournables des santons de Provence. Les santons les plus connus sont le ravi (lou ravi), c’est l’idiot du village, ou encore, le pêcheur (lou pescadou), la poissonière (la peissouniero), le porteur d’eau (lou pourtarié d’aigo), le bûcheron (lou bouscatié), la fermière avec les produits de la ferme (la masièro). Le nombre des personnages n’a cessé d’augmenter depuis l’origine et chaque santonnier propose des personnages avec des détails et des postures qui font sa marque de fabrique.

 

Les premiers santons étaient confectionnés en mie de pain, mais petit à petit c’est l’argile rouge de Provence qui a été privilégiée pour la fabrication. Les premiers santons étaient assez rudimentaires, en argile crue, simplement séchée ; ils ont été ensuite peints avec des couleurs. La cuisson au four, les a rendu moins fragiles et leur a assuré une plus grande résistance. Il y a sept étapes dans la fabrication d’un santon de Provence : la création où le santonnier crée un modèle avec pour seuls outils, ses mains et de l’argile. Puis la fabrication d’un moule en plâtre où l’on compresse un morceau d’argile. Le nouveau santon est alors extrait délicatement et doit sécher durant 48 à 72 heures. Il faut ensuite procéder à l’élimination du surplus d’argile qui borde le contour du santon : on dit alors que l’on « ébarbe ».

 

Ensuite le santon est enfourné dans un four à 800°c environ. Il peut ensuite être décoré, couleur par couleur. Les Provençaux se transmettent les santons de génération en génération et chacun y ajoute de nouveaux personnages. Mais au-delà du phénomène régional, les santons suscitent un intérêt grandissant et sans cesse renouvelé. En période de noël, les amateurs, qui n’habitent pas en Provence, pourront acheter leurs personnages chez les artisans présents dans les marchés de noël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *